Congrès des Communes forestières: les interventions, vidéo, photos en ligne

Congrès des Communes forestières: les interventions, vidéo, photos en ligneLa Fédération nationale des Communes forestières a tenu son assemblée générale le 27 octobre 2017, au Conseil régional d'Île-de-France. A l'ordre du jour : les temps forts de l'année 2016, les enjeux des espaces forestiers, le partenariat ONF avec la présentation de nouveaux outils numériques à destination des élus. Le ministre de l'Agriculture a clôturé cette journée pour sa première rencontre officielle avec les élus forestiers. Extraits.

Les Communes forestières, fières de leurs engagements

Dominique Jarlier s'est exprimé à mi-mandat de sa présidence: « Malgré  les zones de turbulences, d'incertitudes et de questionnements d'un point de vue électoral, territorial et budgétaire (...), les élus sont indispensables à la cohésion de la Nation car ils incarnent cette belle valeur qu'est l'intérêt général ».
Le Président est revenu sur les grands chantiers de 2016 : la signature du Contrat Etat-ONF-Communes forestières 2016-2020 et sa mise en oeuvre avec la nouvelle charte de la forêt communale. Il a remercié les élus pour leur investissement en faveur de l'avenir de la forêt publique et du maintien d'un  « régime forestier fort et protecteur des espaces forestiers qui, de plus en plus, attisent les convoitises ». En effet, les questions de soumission, distraction et compensation du Régime forestier sont revenues dans les débats. 

Il a enfin rappelé l'approche multidimensionnelle des  politiques forestières territoriales : « la forêt est aujourd'hui à la confluence d'enjeux majeurs qu'il nous faut connaître et maîtriser : développement urbain, protection foncière, gestion des risques et surtout changement climatique (...)".

Le partenariat ONF : les élus forestiers passent au numérique

Patrick Falcone, adjoint au directeur général de l'ONF a présenté la stratégie de formation des nouveaux Techniciens Forestiers Territoriaux (TFT). D'ici 2020, l'ONF renouvellera 25% de ses effectifs et donc 25% de ses TFT par an.
La formation des nouveaux entrants a été repensée, avec notamment l'intervention d'élus des Communes forestières au tout début du parcours d'apprentissage et lors d'un séminaire d'accueil organisé par la Direction générale de l'ONF. Deux outils ont été présentés par Christophe Felder, chef de mission « Affaires communales » : un module d'information à distance sur la charte de la forêt communale, accessible par internet et une application mobile regroupant divers supports d'information.
Ces deux outils seront présentés au Salon des maires les 21, 22 et 23 novembre.

Région Île-de-France : l'engagement pour une structuration de la filière

Une assemblée générale à la Région Île-de-France prenait tout son sens avec la thématique de la table-ronde sur l'importance du lien urbain-rural, dans un contexte politique où les territoires ont plus que jamais besoin de solidarité et d'écoute.
Alexandra Dublanche,
vice-présidente en charge du développement économique de l'Agriculture, de la Ruralité et de la Forêt a présenté le contexte francilien où la forêt occupe un quart du territoire.  Les orientations stratégiques de la Région donnent une perspective à la filière forêt-bois, largement sous-exploitée. L'objectif : redonner à la forêt et au bois la place qui doit être la leur dans l'économie, l'équilibre carbone et la qualité de vie.

A ce titre, elle a salué la contribution de la Fédération nationale lors des Assises régionales de la forêt et du Bois en juin 2017 : « par son expertise et ses propositions opérationnelles, votre Fédération a largement contribué à l'élaboration de cette stratégie et surtout sa déclinaison en actions extrêmement concrètes [...] La Fédération nationale des Communes forestières sera un allié de choix dans la mise en oeuvre des actions identifiées afin de dynamiser la gestion des forêts [et] le pilote tout désigné pour engager la création et l'animation d'un réseau d'élus régionaux et locaux. »

Urbain, péri-urbain, rural : les espaces forestiers, atouts des territoires

La table ronde sur la place de la forêt dans les espaces ruraux, urbains et péri-urbains était organisée en présence d'Anne Cabrit, présidente de l'Agence des Espaces Verts (AEV) de la Région Île-de-France, Maud Bodkin, conseillère communautaire de Montpellier Méditerranée Métropole, Philippe Siat, président de la Fédération nationale du Bois (FNB) et Hervé Le Bouler, responsable forêts de l'association France Nature Environnement (FNE).

  • Créer du lien entre la coupe en forêt et le produit bois, entre les populations et les acteurs économiques

Anne Cabrit a présenté l'AEV, établissement public gérant pour la Région Île-de-France, près de 15 000 hectares forestiers publics, dans une gestion durable et multifonctionnelle. Bien que très urbanisée, la Région Île-de-France est à 50% rurale et la forêt y a toute sa place, aux portes de la ville. Un des enjeux est la pédagogie auprès d'une population qui connaît mal la forêt et n'a pas cette « culture rurale » de sa gestion. Des actions de communication, d'information et de sensibilisation à la nécessité de la récolte de bois sont menées, notamment via des comités d'usagers. Autre enjeu : le volet économique. 30 000 m3 de bois ont été récoltés en 2016 et 7 500 hectares de forêts gérées par l'AEV sont dotés d'un plan de gestion de l'ONF.

A la confluence de ces préoccupations économiques et de la récole de bois, l'utilisation du bois local est un axe à développer. Dans un contexte de forte densité urbaine, la transformation du matériau bois ne se fait pas sur place. La présidente de l'AEV a évoqué les marques et labels qui estampillent les produits de façon à ce que le public identifie la provenance du bois et fasse plus facilement le lien entre le produit fini, toujours très apprécié et la coupe de bois.

  • Contrat de réciprocité : des racines jusque dans les villes.

Maud Bodkin a présenté le contrat de réciprocité mis en place par Montpellier Méditerranée Métropole et ses territoires voisins. L'objectif: créer un contrat ville-campagne, « gagnant-gagnant », un principe validé en mars 2017 avec des actions en cours d'écriture. 3 volets ont été identifiés : la filière bois, le tourisme et la santé. Sur la filière bois, l'objectif est de renforcer l'utilisation du bois local, dans la construction, l'énergie ou le mobilier. La forêt est intégrée, tout comme les espaces ruraux dans la métropole.

Francis Cros, président des Communes forestières d'Occitanie et initiateur de ce contratavec le président de la métropole de Montpellier, a insisté sur cette volonté politique qui permet, dans la réorganisation territoriale de la France, de créer de nouveaux liens : « C'est dans la diversité qu'on peut trouver des rapprochements et fédérer».

Les démarches de certification telles que Bois des Alpes et Bois des Territoires du Massif central ont été évoquées pour favoriser l'utilisation du bois local, notamment dans les marchés publics et les politiques des donneurs d'ordre.

  • La forêt, chaudron du consensus social

Hervé Le Bouler a évoqué les problématiques de gestion forestière. La forêt dans son ensemble peut représenter une menace pour la ville lorsqu'elle n'est pas gérée ou exploitée : « l'entrée, c'est la multifonctionnalité (...) La forêt n'est pas que de la production de bois. La biodiversité n'est pas une contrainte mais le moteur qui fait tourner la forêt. La fonction sociale est importante ». Sur cette dernière, Hervé Le Bouler a appelé à changer de termes et à parler de « consensus social » plutôt que d'"acceptabilité sociale des coupes", un terme trop descendant où le « sachant » explique à celui qui ne connaît pas, à l'heure où le monde nous invite plutôt à se rassembler autour de la table et à dialoguer pour construire l'avenir.

Il a aussi regretté la façon dont les élus ruraux ont été considérés par l'Etat et les grandes institutions alors que les territoires ruraux sont une chance: « la forêt est bien plus que la forêt. C'est le chaudron où l'on peut créer du consensus social ».

  • La forêt, un atout pour un bien commun


Philippe Siat
s'est exprimé sur l'atout que représente la forêt, sur la nécessité d'exploiter, de prélever pour stocker le carbone et de s'inscrire dans les grands défis du changement climatique : « La forêt sera dynamique si nous le sommes. [...] Elle est notre atout qui dépendra de notre jeu en intelligence partagée.
Avec nos partenaires, construisons ensemble, en se passant ces atouts-maîtres à tour de rôle, pour notre bien commun ».

Les élus forestiers accueillent le nouveau ministre

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a clôturé les débats. Pour sa première allocution adressée aux Communes forestières, il a rappelé l'ensemble du travail déjà engagé avec la filière et sa volonté de porter cette stratégie pour la forêt française.
Le ministre a rappelé l'importance qu'il accorde au secteur de la forêt et du bois: « La forêt est présente partout, même si elle a disparu de l'intitulé du ministère. Ce qui est important, c'est ce qu'on aura fait ensemble. C'est là-dessus que nous devrons être jugés".


Et d'ajouter: « Il nous reste beaucoup de travail à accomplir. Ma méthode depuis mon arrivée est celle de la concertation, l'écoute, le respect des uns et des autres, avec les sensibilités propres.
C'est comme cela que nous réussirons ensemble à faire émerger une filière dynamique, créatrice de richesse, fierté de notre pays et qui fera en sorte que la France et la forêt seront toujours ces deux points intimement liés».


En savoir plus:

Photos

  • 150 participants: élus, institutionnels, acteurs de la filière, ministères ont assisté au Congrès
  • présentation du rapport d'activités et du rapport de gestion 2016
  • Le 1er vice-président Pierre Grandadam a rappelé les fondamentaux de l'action des Communes forestières
  • Patricia Morhet-Richaud, sénatrice des Hautes-Alpes, maire de Lazer
  • Le trésorier jean-Pierre Michel a présenté des comptes en équilibre
  • Jacky Favret, vice-président, en charge de la réforme des cotisations
  • Patrick Falcone, adjoint au directeur général de l'ONF a présenté les évolutions de la stratégie formation pour les nouveaux Techniciens Forestiers Territoriaux
  • La table ronde sur la place de la forêt dans les espaces ruraux, urbains et péri-urbains
  • Francis Cros, président des Communes forestières d'Occitanie, initiateur du contrat de réciprocité avec Montpellier métropole
  • Un débat sur la coupe des arbres et la société civile s'est engagé avec les questions de mode de sylviculture et de formation
  • Le président de France Bois Forêt a remercié els élus pour leur soutien à la CVO
  • Tammouz Helou (FNEDT): « la machine en forêt peut effrayer mais ce n'est pas parce qu'elle est impressionnante qu'elle fait plus de dégâts »
  • Première rencontre pour le ministre avec les élus des Communes forestières