Une manifeste pour la forêt

Une manifeste pour la forêtLes Communes forestières poursuivent leur engagement contre le projet d'encaissement des recettes des ventes de bois des forêts communales par l'ONF. La mobilisation est un succès: près de 2000 délibérations ont été adressées en quelques semaines au ministre de l'Agriculture, au Premier ministre et aux préfets et les envois continuent. Autre grand dossier: la réflexion complète sur la gestion des forêts françaises. Il en ressort des grands principes et des propositions d'actions qui seront portés auprès de l'Etat dans le cadre d'un manifeste pour la forêt.

Depuis plusieurs mois, la Fédération nationale des Communes forestières poursuit son engagement contre le projet d'encaissement des recettes des ventes de bois des forêts communales directement par l'Office national des forêts.


Réunion du conseil d'administration de la Fédération nationale des Communes forestières - 9 avril 2019

Début mars, elle a lancé un appel auprès de toutes les Communes forestières de France proposant de délibérer contre cette mesure. En quelques semaines, ce sont près de 2000 délibérations qui ont été adressées à la Fédération nationale, au ministre de l'Agriculture, au Premier ministre et aux préfets. Et les envois continuent.

En parallèle des nombreuses questions adressées au Gouvernement par les parlementaires issus de tous les groupes politiques, les associations nationales d'élus ont rencontré les élus de la Fédération nationale afin d'agir ensemble contre cette mesure et plus largement sur les enjeux de la forêt et du bois français pour les territoires.

Le potentiel du secteur et les défis du changement climatique n'ont pas échappé aux présidents Baroin, Bussereau et Morin, rencontrés par Dominique Jarlier.

La récente visite du ministre de l'Agriculture Didier Guillaume, dans les Landes, a pu laisser penser que le projet était stoppé : « j'ai annoncé que nous allions arrêter de demander aux communes forestières le prélèvement pour l'ONF ; nous allons travailler différemment » a déclaré le ministre.

Ne nous réjouissons pas trop vite. La lettre-plafond qui fixe la feuille de route des ministres court toujours. Ces fameuses lettres adressées par le Premier ministre fixent chaque année le montant des crédits et le nombre d'effectifs maximum dont bénéficient les ministères. A eux de rentrer dans le cadre des économies et des coupes budgétaires.

Aussi, la mobilisation et la vigilance des élus forestiers restent de mise.

Pour une refondation de la forêt française
Dès le mois d'octobre 2018, les Communes forestières ont engagé une réflexion complète sur la gestion des forêts publiques en particulier, et plus largement des forêts françaises.

Les espaces forestiers sont aujourd'hui confrontés à des enjeux majeurs : changements climatiques, disparition de la biodiversité, nouvelles attentes sociétales, risques naturels récurrents, pressions et intérêts de tous ordres.

Aujourd'hui, les Communes forestières proposent de dépasser les clivages divers et variés pour travailler ensemble à des solutions pérennes.

Du travail des groupes thématiques portés par les élus et les équipes de toutes les régions, il ressort des grands principes qui seront portés auprès de l'Etat : maintien du régime forestier, nécessité d'un grand service public forestier national, séparation des activités concurrentielles.

Les élus auront un rôle essentiel à joue sur la base d'une gouvernance recomposée et renforcée.

Ce manifeste, appuyé par des propositions d'actions, sera discuté dans les prochaines semaines, jusqu'au Congrès national à Epinal, début juin.