3ème Forum franco-québécois bois&forêt : réussir ensemble face au changement climatique

3ème Forum franco-québécois bois&forêt : réussir ensemble face au changement climatiquePlacé sous le label de la COP 21 et sous le haut patronage du Président de la République française, le Forum vient de se clôturer après trois jours d'échanges et de débats en présence d'une importante délégation du Québec, de responsables de la francophonie et d'acteurs de la filière forêt-bois. Les recommandations issues du Forum seront portées à la COP 21.

Une coopération active placée sous le signe de l'innovation pour le climat

Après Paris en 2013 et Québec en 2014, cette 3ème édition, de retour dans la capitale française, a confirmé les liens forts qui existent entre les deux communautés québécoise et française. Au cours de ce grand rendez-vous annuel, les échanges entre les acteurs de la forêt et du bois ont été riches et nombreux. Des contacts se sont créés ou confortés dans un esprit convivial et chaleureux. L'innovation et la recherche dans le contexte du changement climatique ont été au coeur des débats.

ImageLes participants ont été accueillis au conseil Régional d'Ile-de-France par le président Jean-Paul HUCHON qui a rappelé qu'avec la COP 21 "c'est une grande partie de l'avenir de l'Humanité qui va se jouer et le Forum est une pièce de cet édifice".

Dominique JARLIER, président de la Fédération nationale des Communes forestières, a ouvert les travaux sous le double signe d'un processus d'échanges et d'expertises mais aussi de recommandations qui auront une portée internationale : "messieurs les ministres, soyez nos porte-paroles !".

Pour Laurent LESSARD, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec, cette coopération a permis l'émergence de nombreux projets pour les filières forêt-bois françaises et québécoises : "le Forum est une pépinière d'idées pour développer le bois en mode solution climat".
Saluant son homologue québécois, Stéphane LE FOLL a précisé que la COP 21 représente plus qu'un enjeu qualitatif, c'est un enjeu politique sur la prise de conscience : "il faut réussir. Nous devons construire ensemble des stratégies, confronter nos innovations, coordonner nos objectifs."

ImageUne ouverture à l'international et à la Francophonie

La première journée du Forum était dédiée à la Francophonie. Au cours de la séance plénière sur "les politiques de valorisation des espaces forestiers dans la francophonie et les services rendus par la forêt, du Nord au Sud", plusieurs intervenants francophones ont présenté les actions menées dans leur pays. Parmi eux:

-Janvier MONGUI, président des Communes forestières du Cameroun, vice-président de COFOR – International, maire de Dimako (Cameroun)

-Pierre KABORE, vice-président de COFOR – International, maire de Méguet (Burkina-Faso),

-Yvon SOUCY, vice-président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) et préfet élu au suffrage universel de la MRC du Kamouraska,

-Jacynthe LECLERC, directrice générale du Contre de foresterie des Laurentides au Service canadien des forêts (Ressources naturelles du Canada),

-Richard SAVARD, sous-ministre au ministère de la Faune et des Parcs du Québec.

Tous ont insisté sur l'importance de l'implication des populations et des communautés villageoises pour une gestion durable des forêts, notion essentielle dans les questions liées au changement climatique. L'investissement en R & D a été un thème fort pour fournir une aide à la décision efficace aux politiques appelés à encadrer, planifier, certifier et poser les bons actes pour la forêt. Enfin, l'accent a été mis sur la valorisation nécessaire des ressources forestières pour une meilleure séquestration et substitution du carbone.


La forêt et le bois en solution climat
ImageLe lendemain 3 novembre, les travaux en ateliers ont porté sur le rôle des espaces forestiers et du matériau bois dans la lutte contre le changement climatique, dans la perspective de la COP 21. Des projets de collaboration en cours aux immenses perspectives des nouveaux produits forestiers et au rôle des arbres dans les villes, les participants ont abordé les questions de sciences et de recherches forestières.

L'après-midi, une conférence-débat s'est tenue sur la communication et l'image de marque du matériau bois. Une première dans ces échanges transatlantiques qui a permis de dresser un bilan contrasté. Des succès connus à plusieurs endroits en Europe et au Canada ont été présentés tels que l'architecture bois du Vorarlberg en Autriche et la Charte du bois mise en place par le gouvernement du Québec. Des exemples comme la campagne de communication des coopératives agricoles de France ont étayé les débats. Des propositions ont été identifiées pour développer ensemble une vision positive du bois, renforcer la visibilité de la filière, amener de la valeur ajoutée et communiquer en interne auprès des différents acteurs.

Le matin du 3ème jour, un parcours bois organisé par l'interprofession régionale d'Ile-de-France, Francilbois était organisé pour découvrir deux réalisations emblématiques au coeur de la capitale :
-le groupe scolaire Françoise Dorléac (Paris 18ème) récemment primé aux Trophées Bois Ile-de-France et réalisé par l'agence DE-SO architectes.
-le nouvel auditorium de Radio France, entièrement conçu en bois, confié au cabinet AS. Architecture-Studio et également primé au Prix national de la Construction Bois en 2015. Le ministre Laurent Lessard et le sous-ministre Richard Savard ont été accueillis par le président directeur de radio France Mathieu Gallet. Les participants ont pu apprécier l'acoustique de cette salle exceptionnelle grâce à l'orchestre symphonique de Radio France en répétition.

Des recommandations portées à la COP 21
ImagePhilippe Leroy, sénateur de la Moselle et Président du groupe d'études Forêt et filière bois du Sénat a ouvert la cérémonie de clôture en rappelant le "devoir d'anticiper" des forestiers face aux changements climatiques. Puis Jean-Yves Caullet, député de l'Yonne et président du conseil d'administration de l'ONF a qualifié cette coopération franco-québécoise comme le début d'une "diplomatie forestière".
Les préconisations et les recommandations pour la COP 21 issues des travaux du 3ème Forum ont été retransmises par 5 jeunes leaders français et québécois actifs dans la filière forêt bois. Elles préconisent plusieurs axes d'actions :

  • renforcer le rôle des acteurs publics et privés ;
  • valoriser la forêt et le bois ;
  • amplifier le rôle de la recherche ;
  • faire entrer la forêt et le bois dans la ville ;
  • intensifier le rôle de substitution / stockage du bois ;
  • communiquer sur les rôles de la forêt et du bois.

En clôture du Forum, le Président de la République française a adressé un message aux participants dans lequel il affirme que "la forêt est aussi un instrument pour lutter contre le réchauffement climatique qui sera l'enjeu de la 21ème Conférence des parties de la convention des Nations-Unies organisée à Paris dans les jours qui viennent" et que "le bois est plus que jamais le matériau du futur".


Le réseau FRANCOFOR : un pôle d'excellence international pour l'avenir

Image

Afin de prolonger les travaux des forums successifs et d'étendre leurs bénéfices, le ministère de la forêt, de la Faune et des Parcs du Québec et la Fédération nationale des Communes forestières ont initié un projet intitulé "Réseau FRANCOFOR – Pôle d'excellence franco-québécois bois et forêt dans un contexte de lutte contre les changements climatiques". L'objectif est de rapprocher le monde de la recherche et les décideurs à l'origine des politiques publiques en mettant en commun l'expertise en France et au Québec en matière de gestion durable des forêts, de valorisation du bois dans la construction et de l'architecture durable. Le support sera une plateforme web internationale qui favorisera l'échange de pratiques exemplaires. Une première mission exploratoire a déjà eu lieu en juillet 2015 au Québec.
Le ministre en charge de la Forêt Stéphane Le Foll a soutenu cette initiative : "je soutiens le réseau Francofor, pôle d'excellence bois et forêt, un réseau important qui va évoluer vers un centre de coopération internationale. C'est un objectif prioritaire".

En savoir plus :